Ignorons Le Pen et laissons le dire ce qu’il veut

4132213

 

Article paru dans The Times of Israel français

 

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. » Albert Einstein.

De « Durafour crématoire » à sa nouvelle « fournée », Jean-Marie Le Pen a toujours su trouver les bons mots pour nous rappeler la véritable nature de son idéologie nauséabonde.

Voilà 30 ans que la communauté juive de France pense que la meilleure façon de lutter contre le FN, son racisme, et son antisémitisme est de faire condamner le moindre propos ambigu émanant de ses dirigeants.

Après des dizaines de condamnations judiciaires, de condamnations morales, de hautes postures bienpensantes de la part des intellectuels, juifs ou non, et de l’ensemble de la classe politique française, le résultat est un FN à 25% et premier parti de France.

Dans le même temps, l’antisémitisme a explosé, pas juste en propos mais surtout en actes, pas juste à l’extrême-droite mais aussi à gauche. Dieudonné, lui aussi condamné des dizaines de fois, prospère et est devenu le héros de toute une partie de la population française. Des choses inimaginables il y a encore 15 ou 20 ans sont devenus banales aujourd’hui.

Il arrive un moment où il faut savoir se remettre en question. Quand une stratégie donne des résultats aussi clairement contraires aux objectifs initiaux, il est probable qu’il faille en changer et que s’obstiner dans la même vois relève plus de la pathologie que de l’admirable persistence.

Et si, la meilleure tactique face à des propos tels que ceux de Le Pen sur Patrick Bruel était… de ne rien faire ? De ne pas en parler. D’ignorer les éructions séniles d’un vieillard qui n’a plus vraiment d’importance. Si on n’avait pas relevé ces propos abjects, qui aurait fait attention ? Les quelques personnes qui suivent son videoblog et sont déjà convaincues ?

Il y a des moments où, comme on dit en Israel, il vaut mieux être intelligent qu’avoir raison.

Ce n’est peut-être pas un hasard si dans un pays comme les USA, où la liberté d’expression est presque totale, où un véritable parti nazi existe de façon officielle, légale, ouverte, il n’y a pas de Front National à 25%, ni de Dieudonné, ni de synagogues et d’écoles juives qui ressemblent à des forteresses. Ce n’est pas la seule raison mais surement une raison importante.

Sanctionner les gens pour leurs propos, même extrêmes, ne sert qu’à faire d’eux des martyrs et à donner l’impression qu’on a quelque chose à cacher. Les jeunes, qui adorent les théories de conspiration, sont les premiers à vouloir défendre, juste par esprit de contradiction, les gens condamnés pour des propos odieux.

N’oublions jamais que la liberté d’expression ce n’est pas la liberté d’entendre des opinions qui nous plaisent mais au contraire la liberté d’exprimer des idées énervantes ou choquantes.

Et puis après tout ne vaut-il pas mieux savoir vraiment ce que pensent les gens plutôt que de vivre dans une société d’hypocrisie où les gens vous détestent mais n’osent pas le dire ?

Donc laissons les Le Pen et autres cinglés extrémistes dire ce qu’ils veulent. Ignorons-les. Ne leur donnons pas une importance qu’ils sont les premiers à espérer. Alors autant tenter autre chose qu’une méthode qui dans le meilleur des cas n’a donné aucun résultat et a probablement empiré les choses. Nous n’avons rien à perdre, et dans tous les cas ça ne pourra pas être pire que maintenant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s